Des lumières sur « Laville »

Des lumières sur « Laville »

ON A TELLEMENT DIT DE BIEN À PROPOS DES GRAPHISTES INDÉPENDANTS…

Nous avons le pouvoir d’une vraie relation client-agence, compréhensible et efficace, j’aime à penser que la proximité est synonyme de qualité. V. Laville - Graphiste Webdesigner

Des graphistes “freelance” qui aiment leur travail, je n’en ai pas croisé beaucoup dans mon cursus de communicant. Pourtant, il y en a un sacré nombre rien que dans cette si grande cité Lilloise. Dans ce marché tant saturé, focus sur un graphiste indépendant basé à Lille.

Tout d’abord, j’aimerais vous expliquer ce qui m’amène à rédiger cet article. Étant passé par de gros annonceurs et des agences de taille moyenne, je voulais voir ce qu’était la vraie passion de son travail… Par là j’entends que j’adore mon job, mais que trop de gens dans ce milieu n’ont pas réellement conscience de la portée de leurs créations, qu’elles soient Web ou Print.

Je me suis donc mis à la recherche de ces “bosseurs de l’ombre”, qui apportent des solutions aussi rapides qu’efficaces et cela à des prix qui défient toutes les agences de communication dîtes « classiques ».

Depuis la première année, on me répète qu’en général, le client doit payer un certain prix afin d’affirmer la crédibilité de l’agence. Mais qu’en est-il de ces entreprises qui ne dépensent pas 20% de leur C.A par an dans un budget communication ? Et surtout,  comment se fait-il que les portfolios des indépendants sont parfois plus surprenants de part leurs créations ou leur vision du marché, souvent plus proche de la réalité des marchés locaux.

 

Récit d’une rencontre avec Vincent Laville, sans artifice ni prétention, échange avec un graphiste indépendant qui a réalisé son rêve : comprendre et communiquer les marques.

 

  • Bonjour Vincent, pour commencer, merci de prendre le temps de me répondre, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Jean, je te remercie pour l’intérêt que tu me portes et suis ravi de répondre à tes questions ! Je m’appelle Vincent Laville, j’ai 27 ans, mon bureau se situe à Lille et je suis un graphiste indépendant en devenir même si cela, c’est à toi et surtout aux clients d’en décider !

  • Ton parcours en quelques mots ?

J’ai un parcours assez atypique mais je pense que celui-ci reflète parfaitement l’agence et le graphiste que je suis aujourd’hui. J’ai commencé en 2004 chez Pub’os, imprimeur à Villeneuve d’Ascq, j’ai tout de suite été intéressé par le milieu de la communication, on se rend très vite compte qu’il y a énormément à faire et à apprendre dans ces métiers même s’il faut bien maitriser les bases avant toute chose. Après avoir obtenu mon CAP Sérigraphie, j’ai donc continué ma formation avec un Bac Pro Infographie en alternance au lycée Baggio et dans la même entreprise car j’avais déjà évolué dans celle-ci au cours des deux années qui venaient de s’écouler. Pour parler franchement, je m’y sentais autant apprécié qu’efficace, ces deux années ont été très productives. J’ai donc fait deux ans en tant qu’opérateur PAO (infographiste) puis j’ai décroché le diplôme.

Je m’intéressais déjà énormément à la création quand j’ai continué mes études à Efficom (BTS Communication Visuelle). C’est en effet à cette époque que j’ai commencé à réaliser mes propres créations tout en me questionnant sans cesse sur la façon de concilier graphisme et communication efficace. Pas besoin d’être Léo Burnett pour comprendre que création et stratégie sont deux éléments indissociables afin d’obtenir une réelle communication de marque. Après ça, j’ai senti que ces années d’expérience m’avaient beaucoup apporté tant au niveau professionnel qu’humain et me suis lancé en autodidacte.

J’ai débuté les travaux graphiques à domicile et grâce au bouche à oreille, je suppose, les premiers mois ont été assez mouvementés. Au bout de quelque temps, j’ai compris que travailler à domicile convenait pour une certaine dose de travail mais celle-ci ne faisant qu’augmenter, j’ai ouvert l’agence “physique” à Lille en septembre 2012.

  • Je vois aussi du web dans ton portfolio, quand et comment as tu ajouter ce segment à ton savoir-faire ?

Dès le début en fait ! Le web est un secteur qui ne fait qu’évoluer et j’ai eu la chance de grandir avec la toile. A partir du moment où j’ai commencé à travailler de manière indépendante, les clients m’ont fait confiance au niveau de leur e-réputation et j’apprenais tous les soirs un peu plus sur la manière de concevoir un site internet, un peu comme je l’ai fait avec le graphisme ! C’est beaucoup d’heures à se casser la tête devant son ordinateur mais cela vaut amplement le coup quand on regarde les résultats en ligne, les sites internet sont toujours de beaux projets.

  • Quelles sont les avantages à être indépendant ? Tu n’as jamais eu peur de ne travailler que pour des petites entreprises ?

Et bien tout d’abord, travailler pour sa propre société, c’est se donner à fond tous les jours. À chaque projet c’est ta propre réputation qui est en jeu alors décevoir n’a jamais été une option pour moi. En tant qu’indépendant, je peux me permettre de travailler pour pas mal de sociétés différentes, que ce soit au niveau des marchés comme de la taille de l’entreprise. J’ai déjà fait des créations pour Boulanger comme pour des PME ou encore des micro-entreprises. Je peux aussi travailler en sous-traitance pour des agences de communication, je pense notamment à DPS Monebak avec qui j’ai eu la chance de collaborer. Enfin, c’est un plaisir de créer son propre site web ! Loin d’être narcissique, c’est tout de même mon nom propagé sur la toile… (rires)

  • Que penses-tu de la différence de prix entre les grosses agences et toi ?

Les grosses agences ont de toute évidence des moyens que je ne possède pas, même s’il est vrai que certaines sociétés n’hésitent pas à “sur-qualifier” leur travail en quelque sorte. Il ne faut pas oublier que les moyens humains et matériels ne sont pas les mêmes mais je propose des prix honnêtes, qui correspondent à mon travail, et me fiche de faire payer des milliers d’euros de plus afin d’augmenter ma crédibilité auprès des agences. Même si je m’améliore sans cesse au niveau de mon travail en général, j’ai encore des contacts avec des imprimeurs, ce qui me permet aussi de continuer les travaux vraiment techniques qui demandent certaines compétences que les agences n’ont pas ou ne veulent pas avoir. En fait, j’aime quand le client est satisfait de mon travail et que la communication mise en place fonctionne, cela me suffit tout à fait.

  • Que pensent les annonceurs de ta façon de mener une campagne, proposer des créations,… ?

Encore une fois, c’est à eux de me le dire ! (rires) En général, j’insiste pour voir le client dans des rendez-vous physiques à proprement parler pour une compréhension la plus efficace possible. Je suis également très réactif au niveau des mails que ce soit pour des modifications vis-à-vis du Brief ou encore de dernière minute. Ma première exigence au niveau de l’entreprise idéale est une compréhension-client précise, on perd un temps fou à ne pas revoir tous les détails de chaque Brief, de chaque interaction avec l’annonceur. Moins il y a de modifications à faire, plus le client sent que j’ai vraiment pris soin de comprendre son problème de communication, sa problématique.

  • J’étais surpris de l’ambiance “joviale” à l’agence… Il est bon de travailler pour toi ?

On rigole bien, ça c’est certain ! Après il est clair que gérer une équipe (surtout qu’elle n’est composée que de stagiaires) n’est pas une chose simple mais quand on rentre dans le milieu de la communication, c’est complètement obligatoire. J’aime que les personnes qui travaillent pour moi se sentent chez eux, je sais qu’une atmosphère sympa au travail est un véritable plus pour la productivité et la créativité de chacun, surtout chez les jeunes ! Je pense de plus en plus à embaucher un salarié d’ici peu si tout va bien.

  • Les espérances pour la suite ?

Continuer sur cette voie ! Je m’améliore tous les jours un peu plus et m’épanouie dans mon travail, je sais à quel point ce n’est pas chose facile à notre époque. J’adore le web et espère en faire de plus en plus. Le segment vidéo m’intéresse aussi énormément et j’aimerais un jour pouvoir proposer cela à mes clients.

  • Et bien merci beaucoup pour tout ce temps et ces réponses, tu vas peut-être recevoir mon CV d’ici peu… !

Merci à toi ! Pas de problème pour le CV, à moins que tu ne sois pas gentil dans ton article… (rires)

*** Interview réalisée par Jean Bonnenfant, Bachelor Chef de Pub à EsupCom’ Lille ***

Catégorie(s) : Graphisme , Print , Signalétique , Web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*